Sylvain Labelle

slabelle
photo: Suzane O’Neill

Natif de Sainte-Rose, Sylvain LABELLE participe dès le Secondaire aux spectacles de danse de son école, en y créant plus de 100 costumes et en y faisant aussi la chorégraphie et les éclairages.

En 1973, à l’âge de 15 ans, il s’inscrit au cours de danse de la compagnie Eddy Toussaint où il sera boursier de 74 à 76. En 76, il réalise, en autodidacte, tous les costumes du spectacle présenté à la salle Maisonneuve de la Place des Arts, par la compagnie Eddy Toussaint.

Partagé entre deux passions, Sylvain LABELLE optera finalement pour la coupe. Il s’inscrit à l’École de haute couture Cotnoir-Caponi où il étudie pendant trois ans, la coupe et le moulage. Parallèlement, il continue à concevoir et à confectionner les costumes pour les Ballets Jazz de Montréal, la compagnie Eddy Toussaint, Pointes et Pieds nus, Nouvelle Ère ainsi que Les Grands Ballets Canadiens.

En 1981, âgé de 23 ans, il se présente au concours de l’École nationale de théâtre du Canada où sa candidature est retenue. Et c’est la rencontre avec François Barbeau, qui est à ce moment-là, directeur de la section scénographique de l’École. L’étudiant se familiarise à tous les aspects du milieu théâtral: jeu, musique et chant, et participe avec ses collègues à des spectacles dans lesquels en plus de jouer, il participe aux costumes, à l’éclairage et aux décors.

Au cours de sa 4e année d’études, Sylvain LABELLE commence à travailler sur les spectacles de François Barbeau, en tant que coupeur. Sous la direction d’Erika Hoffer, coupeuse pour François Barbeau pendant plus de vingt ans, il développe une vision de la coupe complètement différente. Il commence à voir la coupe comme une sculpture et aussi comme la peinture: Dans un premier temps, la forme, puis, l’ombre et la lumière.

Après ses études à l’École nationale, il sera chef d’atelier à la dite École pendant deux ans. Il montre aux étudiants la coupe, la couture, la teinture de tissus, la teinture et le vieillissement de chaussures.

Puis en 1988, à l’âge de 30 ans, il travaille comme coupeur-pigiste chez B.J.L., au service de François Barbeau et François Laplante, pour de nombreuses productions théâtrales, tant pour le Rideau Vert que pour le TNM, la compagnie Jean-Duceppe, le TPQ, la NCT et l’Espace Go. En même temps, il continue privément à réaliser des contrats de conception, de coupe et de réalisation pour différentes compagnies de danse.

Sylvain LABELLE aime travailler pour plusieurs concepteurs car, selon lui, le rôle du coupeur, consiste à cibler chaque concepteur, à s’adapter à ses goûts, à être complice de ses idées et à mettre de lui-même pour pousser ses idées.

Le CNC a présenté, du 23 janvier au 30 avril 1999, une exposition de costumes féminins, réalisés par Sylvain LABELLE, pour diverses pièces de théâtre, au cours des dix dernières années.
_________________________________
Texte de Francine Charlebois, février 1999